December 27, 2011

Cardialement: Overheard in Neukölln




"Tous ces gens qui se bourrent la gueule au réveillon, tu commences l'année avec la gueule de bois...
Genre pourquoi, en fait? - Ouais..."


[ Bonus sonore ]




***
And that's the final post for this year. 2012 brings much new stuff, both in the realm of comics and in other areas, and there will be more on that once I get back on track in Berlin a little bit (since I am writing this in the past -- I'm actually probably loafing around on a Swedish couch somewhere, and I mean a real Swedish couch in Sweden, not in some 3-bedroom in Prenzlauer Berg). New posts will resume Jan. 10.
Et voilà le dernier post de l'année. 2012 apporte bien de nouvelles choses, à la fois en termes de BD et dans d'autres domaines, et j'en parlerai davantage une fois que j'aurai repris pied à Berlin (parce que là en fait je vous écris du passé et que je suis certainement en train de m'avachir quelque part sur un canapé suédois, genre de ceux qui sont suédois et en Suède, pas dans un T3 à Prenzlauer Berg). Ce qui suit ne sera pas traduit, donc je vous souhaite à tous une joyeuse année, chers francophones, et ne vous bourrez pas trop la gueule, pliz. Les posts reprennent le 10 janvier!


Since 2011 is drawing to a close, I figured I'd add my little summary of my year in music to the festivities, roughly cut, pasted and added onto from my yearly newsletter to my relatives. Here goes.


Darren Hayes - Secret Codes & Battleships

People who follow me on the internet (and who share an apartment with me) have inevitably been made aware of a couple of my aural obsessions, one of which is Darren Hayes. I was actually already once strongly obsessed with him as a preteen until I started having crushes on people I knew in real life. While working on my internship semester and master's thesis in 2010 I happened across his post-Savage Garden solo work, which in the case of Spin was not much to write home about -- but then there was 2004's The Tension And The Spark, which over a few weeks effectively won me over, and hard. In between The Tension... and this year's Secret Codes & Battleships there was This Delicate Thing We've Made, which is a double album of electropoppish awesomeness, quite a deal to swallow in the first few sittings but as of late a regular fixture in my white boombox and one of the albums I would take with me on a desert island. The main attraction of Secret Codes... -- a concise pop album dipping relational thoughts in seafaring imagery -- is of course the eurodisco "Talk Talk Talk" (I cannot tell you how many times I've listened to this), but I have a special preference for the penultimate track "Cruel Cruel World". Sometimes I think that Darren Hayes gets me, which is probably the reason I adhered to his music in the first place.

Key tracks: Talk Talk Talk, Explode (limited edition bonus track)


Men - Talk About Body

Anything JD Samson writes is pretty much guaranteed to both sound good and make me want to go pogo at a Gay Pride event in a Revel & Riot shirt. Basically, before this came out, I knew her previous outfit Le Tigre were good, and I knew the 3-track MEN EP running around the office at my internship was definitely more than cause for excitement. But I didn't expect the full-length album I bought at Santa Cruz's Streetlight Records last June to be this good. It has since replaced the self-titled Le Tigre album as my queer electro party album of choice (I only have two of these) and is guaranteed to have me boogie when I really ought to be doing my stretching exercises instead.

Key track: Simultaneously


Boy - Mutual Friends 

I was sitting in my good friend's WG kitchen on Mehringdamm one evening and was totally unprepared for this music, which she so kindly put on to share with us. (This also sealed my transition to Grooveshark after weeks of griping about Simfy's ads). These girls are from Zürich and Hamburg, and apart from writing melodies set to productions that can make me cry, their lyrics are so good it’s hard to believe they're not (as far as I know) native English speakers. They sold out venues all over Germany this year and should be back in Berlin for an extra date March 8th. There went my monies.

Key track: Drive Darling


Ernesto Schnack & Joe Czarnecki

Special shout-out to these guys, as much of my year was marked by instrumental guitar music produced by these two expats to Berlin (thereby confirming the supposition that I am, in fact, my father's daughter). Ernesto Schnack is from Panama and played a few services at my church, as has Joe Czarnecki, who grew up on a horse farm in Colorado, slightly not next to Panama. Both played a concert together recently in Mitte, and it sealed the year’s end for me with a very special evening. They kind of blow my mind (also that of my dad's). Schnack’s “A Work In Progress” is available for purchase and download here; Czarnecki’s “Watch Now” is available on Amazon. (Additionally, a track by Czarnecki called “Til It’s Over” is one of my all-time favorites.)

Key tracks: The Single Purpose Room (Ernesto Schnack), Til It's Over (Joe Czarnecki)



An Horse - Walls

Musically, I believe that Kate Cooper and Damon Cox can totally hold their own - I don't know why all the German press I've ever read is bent on comparing them with their buddies Tegan and Sara (besides, I mean, the fact that they are buddies). Their 2009 debut Rearrange Beds got me through most of my exchange semester, which I went up and told Cox while he signed my copy of it after their April show at the Comet Club. He was glad to hear it, and in fact told Cooper the same while I was standing there, which drove this tiny person to first make an "Ohhh" face and then wrap me in her arms. Walls continues the An Horse tradition of providing comforting music in uncertain times, especially with the title track, which this year found its way onto my imaginary soundtrack to some fairly real heartbreak.

Key track: Dressed Sharply


Here's to starting the New Year with no hangovers! (Perhaps.) See you on the other side peeps.

December 20, 2011

Cardialement: Oh hai



































Je suis à Stockholm! Hourra! A moi les petits-déj au bran muffin, les trajets en tunnelbana et la glandouille acharnée.
I am in Stockholm! Huzzah! Again I shall have bran muffins for breakfast, ride the tunnelbana and do frickin zilch.


December 13, 2011

Datingness








 





[ Bonus sonore ]  


A few months ago I started reading a couple blogs that are written by Christians and deal with matters of sex and relationships, which is both inspirational at times and at others kind of like that "visiting China" metaphor one character used at the end of the "His Dark Materials" trilogy. One post in particular caught my eye a couple months ago and encouraged me to bring this comic out, although per tradition, of course, there's still a buffer of time between when I write and when I post things like this.

To be honest, I don't have time to translate it in French, so break out your dictionaries.

Il y a quelques mois j'ai commencé à lire un ou deux blogs tenus par des chrétiens au sujet des relations et de la sexualité. C'est à la fois une source d'inspiration et un peu réminiscent de la scène dans "A la croisée des mondes" où ils parlent de visiter la Chine. Un post en particulier (in English sorry) m'a donné envie de publier cette note, même si conformément à ma tradition personnelle, un peu d'eau a coulé sous les ponts depuis sa rédaction.

Pour être franche j'ai eu l'envie, mais pas le temps de la traduire en français, donc sortez vos dicos! Ou G*** Translate.

December 6, 2011

Cardialement: Winter weather



WOH PETARD CA CAILLE

***
Peut-être qu'il va neiger... Qui sait?

Snow is on its way... Possibly.

December 3, 2011

(vide)

à l'aise au fil des blagues mesquines
gonflée par les histamines
que je fasse le deuil de toi
de tout ce qu'il me reste

à la rescousse, des faux-semblants
le coeur avide de prétendant
que je fasse le deuil de mon toi
de tout ce qu'il me reste

    quand il le faut, c'est tout ç'que j'ai
    des mots de viande périmée
    des sons de cloche en double croche
    et retentissements du passé

    quand il te faut, c'est tout ç'que j'ai:
    l'écho terne d'un coeur enlevé,
    la peur au ventre, et dans tes yeux,
    le non d'un fossé amoureux


Nantes-Berlin, automne 2009-décembre 2011.

November 29, 2011

Cardialement: Rummelplatz



"One-year-old" birthday party at the Rummelplatz. // "Tofu... Toilet..." "Ta-ta."



***
Ca avait l'air mimi, du "butterflycore" -- quand soudain le groupe est monté sur scène...
"Butterflycore" sounded all nice and pretty until the band started playing.


November 22, 2011

Cardialement: Musik press


Un des petits plaisirs de ma vie en Allemagne: écouter Flux FM en lisant 
les derniers INTRO et Unclesally's. // "Leslie Feist ne sait pas mentir."


***

Though one of my favorite aspects of living in Berlin is being in the German capital, my attraction to Berlin and German culture actually developed as two parallel interests. I wanted to see what Berlin was like the day my parents started playing a 1991 cassette tape  of Achtung Baby in the car; my Franco-German Master's degree became sort of a means to that end. But I discovered German separately, taking a class as early as fourth grade as an alternative to English.

For the most part, especially in Junior High, I truly hated it. Too many cases and illogical attributions of gender, the words in a sentence arranged by a rigid set of ridiculous rules, not to mention that in class I was often asked to speak up and there would be no way in Hades that that was going to happen. Then came the yearly school exchange in tenth grade, and I to chose to go to Bayreuth -- fabled land of Wagner fests, some drug trafficking and lots and lots of Maisel's Weisse. I remember sitting on a local square on the Wednesday, halfway into the trip, and not wanting to leave. I also remember doing the same trip the year afterwards  and being utterly miserable and homesick for two weeks solid -- when I got home. It sort of sealed the deal, and I knew that German would always have a place in my life from then on out. It was no longer this psychorigid foreign language but the vehicle all these awesome people and places used to communicate. And it just so happens to be the language I see, speak and hear on a regular basis today (when I'm not hitting the pavement with my expat clans). That is something that I am grateful for and it even comes out in my other languages sometimes when I talk. (I have no idea of that.)

One of the staples of my postadolescent treks to Berlin in 2006 and 2007 was the free music mag Unclesally's, which sadly is going out of print at year's end. I will miss it, especially sitting down with it to my morning serving of Toastbrot, Vollmilch and raw Schinken, hearing bands like Fotos coming out of the kitchen CD player, or even just walking around Kreuzberg or Prenzlauer Berg and seeing that a new one came out, and that it has this strange unknown band on the cover, and I STILL have to take out that "Sallyscout" booklet and pull out the gummy adhesive -- so annoying.


In a strange turn of events the demise of the printed version is a direct answer to the question I posed during my Master's thesis (as to the future of cultural journalism), and I think Unclesally's did a better job of answering it then I did. Danke, people, for everything you've done. All I have left now is INTRO and my Siegessäule issues.

(Désolée les gens, je n'ai pas le temps de traduire...)



November 15, 2011

Cardialement: Ring fingers



Culte du dimanche juste avant une énorme conférence sur la création d'églises.
Complètement en train de regarder les annulaires de tout le monde.


[ Bonus sonore ]

November 11, 2011

Cardialement: Queer greens


***
Evidemment, j'ai dessiné ça avant les élections à Berlin.
I drew this before the Berlin elections, obviously.

November 8, 2011

Cardialement: Mug sizes


"How was it?"
"Good! I just think that the mugs you use are too big.
I got the impression I was given less than what I paid for."

"Oh... I wasn't complaining... I really wasn't."

***

Ils utilisent des tasses plus grandes parce que les plus petites sont chipées par les touristes.
J'ai encré ça à la plume, que j'aime beaucoup, mais besoin d'entraînement.

They use the bigger ones because the smallest-sized mugs get stolen.
This was inked with a quill, which is fun, but I need more practice.


November 1, 2011






Le changement de saison a des effets bizarres sur mon cerveau. A commencer par le fait qu'en général je tombe malade... ce qui me rend complètement défoncée. / Tumblr, toute la journée / "...Charles et Eriiik, qu'est-ce qu'y sont mignoooooooons" // Et une fois que la sensation de défonce est partie... / "Nyuuuuurgh la vie c'est de la m... et tout dedans" "Fait tout noir dehors"

October 28, 2011

Deskmate differences




La coupe bicolore appartient à Apolide, acolyte berlinois et nomade. On partage un bureau, mais pas toujours nos manières de percevoir les choses, ce qui m'avait amenée à produire ce dessin.
The two-toned haircut depicted here belongs to Apolide, a fellow Berliner and chronic nomad. We share a desk, if not our ways of perceiving the world, which is why I drew this picture.

October 25, 2011

Cardialement: Facepalm


De temps au temps, au travail, pour me reposer les yeux, je fais le geste suivant. "Heu.. ça va?" //
"Elle a appris que le Dieu auquel elle croyait n'existe plus... il y a deux jours. Du coup elle pleure."

October 21, 2011




Je ne suis pas toujours comme ça, c'est juste une fois par mois ainsi que 3 mois par an.
I'm not always like this, just once a month as well as three months out of the year.

October 18, 2011

Cardialement: Where does...



***
J'ai dessiné ceci au Sankt Oberholz  à Berlin, qui est un endroit sympa pour ce qui est de se prendre un Latte et de se poser tranquillement devant une baie vitrée pour mater les passants. Mais pétard ce que c'est blindé.
Il y a aussi ceci fait en collaboration avec Tisserande la semaine dernière. C'est simple: quand je suis sur Tumblr, c'est que je suis en train de régresser au stade d'ado fanatique. Heureusement qu'elle est là pour répercuter mes obsessions et en rajouter une couche (de couleur, en l'occurrence, lol!).

I drew this in the Sankt Oberholz  in Berlin. It's a nice place for grabbing a Latte and looking out onto the street from a comfy spot by the bay window, but man does it get crowded.

I also made this with Tisserande last week. Simply put, when I am on Tumblr, it means I am regressing to a state of adolescent fangirling. Fortunately she is there to balance things out  be just as much of a fangirl as I am, if not much worse.



October 11, 2011

Cardialement: Lyon-Berlin 5

Certains, lorsqu'ils sont contraints de faire le tri dans leurs affaires, garderaient plutôt les fringues...
Moi, au lieu de cela, j'ai choisi la musique.


***
Et ça, c'est donc la fin de la série Lyon-Berlin. Retour à un rythme de post normal (tous les mardis).
Au sujet du nom que j'ai donné à ces petites vignettes, il vient directement d'une faute de frappe sur laquelle je suis tombée un jour dans un mail (le gars voulait dire "cordialement", évidemment). J'ai trouvé l'allusion involontaire au domaine du coeur assez mignonne, donc je l'ai retenue pour distinguer mes carnets les uns des autres (Cardialement I, II, etc.)

That's the end of the Lyon-Berlin series! And now back to a normal posting schedule (every Tuesday).
About the name I gave these (usually single-paneled) diary comics: it derives from "cordialement", a French word commonly used at the end of work emails or other types of official communication. One day I came across a typo that resulted in "cardialement" and therefore contained hints toward heart-related themes that I found rather charming. So I kept it and wrote it on my sketchbooks (numbering them as I went) to tell them apart.


October 7, 2011

Cardialement: Lyon-Berlin 4


A forgotten pleasure: when your Vélo'v beeps and you still can't pull it out of the station. / "FREAKING A!!"


Le Vél'ov, c'est le précurseur du Vélib' (tout le monde vous le dira, sauf peut-être la Ville de Paris), mis en place pendant mes études à Lyon. Lorsque tu prends un Vélo'v et qu'il bipe, ça veut dire qu'il a été déverrouillé, et qu'on est en train de décompter ta première demie-heure. On peut pallier à une éventuelle difficulté de décrochage en lui donnant des coups de pied.
 Vélo'v is the rent-a-bike system that Lyon put in place while I was doing undergrad, and if you ask almost anybody, it's Lyon that started the trend in France, not Paris. The thing is that when you rent one of them, and it beeps, it means it's unlocked and the free first half-hour has started. Apparently kicking it does the job.


October 4, 2011

Cardialement: Lyon-Berlin 3



En allant au Tasse-Livre cet aprème je suis passée par un vide-grenier annuel sur les pentes
et j'ai trouvé le single de "Casse-Toi Pauvre Con". WIN.

* Paroles de Tum Sally


For those who missed it, the phrase refers to the infamous line Nicolas Sarkozy uttered after a guy refused to shake his hand at a convention. It roughly means "Shove off, stupid idiot", or probably something more colorful that I won't publish here. The lyrics here mean "You won't even shake my hand, even though I deserve applause."

September 30, 2011

Cardialement: Lyon-Berlin 2



Walking past my old apartment, I realize it was enough to drive anybody absolutely freaking insane.
// 16 sqm / single-paned window looking out onto the street / at all hours of the day / FREAKING HUGE TRUCKS

***
On est fait pour l'hypercentre ou on ne l'est pas.
Downtown: love it or leave it.

September 27, 2011

Cardialement: Lyon-Berlin 1

Ce post marque le début d'une nouvelle série assez courte dessinée durant mon très récent séjour d'une semaine à Lyon. Et quand je dis "récent", je veux dire que je suis rentrée avant-hier sur un vol qui décollait à 7h25. DODO.
P.S. "Cardialement", c'est le nom que j'ai choisi pour ce genre de petites BD façon journal intime. More later.
This is the beginning of a new short series of comics: I very recently went back to France (mostly Lyon) for a week. And by recently, I actually mean that I got back home the day before yesterday after taking a flight at 7.25am. BED.
P.S. "Cardialement" is the name I chose for my real-life diary comics. More on that in a later post.



 "We are now approaching Lyon, where the weather is a pleasant 12 degrees [Celsius]..."
"What is your basis for this assessment?!!"



Hé oui, c'est l'automne...
Autumn's back, suckas...

September 20, 2011



- Salut! - Salut... // - Tu es nouvelle ici? - Oui. - C'est ta première fois? - Oui. - T'as aimé? - C'était pas mal...
// - Alors... Est-ce que tu connais des gens ici? - Non... - En fait je suis surtout venue pour voir les mecs.


***
J'ai dessiné cette BD après ce qui s'avèra être ma seule instance de visite d'une église dans le seul but de rencontrer des gars. C'est une pratique qui m'horrifie, en fait, et je n'ai aucune intention de répéter l'expérience, mais par la suite je l'ai trouvée drôle. Et pas mal de gens, je pense, sont passés par là.


I drew this after visiting a church service in what turned out to be my only instance of dating-oriented church-hopping. I actually find this practice horrifying and don't intend to repeat it, but I found the situation funny and relatable in retrospect. (Oh, it's most definitely relatable, don't act like you don't know what I'm talking about.)

September 13, 2011

In Zgorzelec



"Aaahhh pétard je suis en Pologne et je viens de voir un chat qui ressemble à Hitler." 

***

De temps en temps je vais à Görlitz, et à sa ville jumelle Zgorzelec. J'aime Görlitz, Görlitz est sous-estimée.
Sometimes I go visit Görlitz and her twin city, Zgorzelec. I love Görlitz, Görlitz is underrated.

September 8, 2011

Private jokes


Lorsque nous sommes séparées (genre 95% du temps), pour tenir le coup, ma soeur et moi possédons un répertoire de citations-slash-private jokes.


***
Pour ceux qui ne connaîtraient pas, il est fait allusion ici à la génialissime série de la BBC, Walk On The Wild Side, dont voici un extrait.
For those of you who may not be familiar with shouting marmots, have a look at this (marmots in the sidebar).


September 5, 2011

German lessons





"Y en a une qui est en Berufsverbot..." / Couverture estivale / Métier /"C'est quoi, Berufsverbot?" // "C'est comme l'arrêt maladie." "Ah bon, je pensais que c'était genre: 'TU N'AS PLUS LE DROIT D'EXERCER CE METIER." "En fait, ça aussi ça s'appelle Berufsverbot." "Oh."

"One of them has Berufsverbot..." / A blanket for summer / Work / "What does Berufsverbot mean?" / "It's like being on sick leave." "Oohhh, I thought it meant, like, 'YOU CAN NEVER WORK IN THIS SECTOR AGAIN." "Actually, that's also Berufsverbot." "Oh."


***
Ce fut, donc, le retour en ligne de ma coloc.
Presenting the return online of my housemate.

August 31, 2011

California Diary - 10


*Abschied = (loosely) saying goodbye. //  Ca arrive beaucoup trop vite à mon sens, mais voilà, mes jours de congé touchent pour l'heure à leur fin et je dois prendre mon avion pour l'Europe. Mes parents me ramènent à San Fran' en voiture et nous y passons quelques heures en guise d'adieu. / "C'était quoi votre moment préféré de votre mariage, jusqu'ici? ... Je veux dire, mis à part moi." "J'allais le dire... Avoir des enfants..." / Encore du clam chowder! / Déjeuner chez Boudin's, fabricant de pain au levain français.

Sur le vol San Francisco-Londres un gars français boit genre deux (petites) bouteilles de vin blanc. Et il reste debout à l'arrière de l'avion pendant tout le vol avec son i[machin] et il veut pas la BOUCLER.  / La position la plus inconfortable au monde pour dormir. // De la gentillesse venant de parfaits inconnus, le retour: après une énième ronde ou deux de passage par la sécurité, je communique à l'employée du Starbucks à Heathrow mon besoin désespéré de me débarrasser de mes derniers dollars.  Un gars me file 25 cents, la dame me passe de la monnaie, et on parvient à échanger tout ça contre en un Mocha Frappucino. JUSTES CIEUX. Un bon "café".



Et sur ce, c'est l'heure de quitter un chez-moi pour en retrouver un autre.


***
Fin du journal! De nouveaux posts arriveront bientôt. See ya!
This marks the end of the journal! New comics to come soon. Stay tuned!

P.S. Non mais c'est bon hein, j'avais envie de sucre et de caféine et il se trouve que Starbucks vend les deux dans une seule et même bouteille.
P.S. Shut up, I was craving sweetness and caffeine and Starbucks happens to sell both in the same bottle.

August 25, 2011

California Diary - 9




Je me suis beaucoup plainte sur Twitter de ce que le seul magasin berlinois qui vendait ces cahiers était en rupture de stock. Du coup j'ai constitué ma réserve! / De la sauce Magic Shell pour les colocs! / Des livres sur la passion de Christ et l'infertilité: $1.50 / Le matin: faisage de courses avec ma mère. // "Sérieux, c'est le seul bouquin qu'ils ont?" / La tactique homosexuelle.  / "Tiens, en parlant de 'biaisé'"... / En passant par la librairie chrétienne du coin, je m'énerve de constater que le seul bouquin qui aborde l'homosexualité est un pamphlet sur le danger sans pareil que représentent "les homos" pour l'Amérique. Mode "je souhaite me dissocier publiquement de ces gens", ON. // Je retrouve mon frère et mon père au Starbucks du coin. Patty vient de s'acheter un i [insérer le nom d'un gadget très apprécié ici]. Il fait maintenant partie de "ces gens-là", bien qu'il le nie. En quittant le Starbucks, il passe son premier coup de fil et parle de Yosemite. / "Pour que Nowaz et Claire puissent gribouiller. ... Ouais: Claire, c'est celle qui fait de la BD ... Nowaz, c'est l'artiste (en français dans le texte)."


Squat au parc avec une énorme quantité d'oies et de canards. // C'est la marche des fiertés à San Francisco! J'ai ouï dire que Tegan et Sara Quin y étaient... / Fettucine au pesto avec des crevettes. Malbec (vin rouge argentin). / Aujourd'hui c'est la Gay Pride à San Francisco mais je n'ai pas de voiture (ni mon permis) et j'avais la flemme de m'organiser autrement. Je visite une poignée de villes fondées pendant la ruée vers l'or avec des amis de la famille. Ils nous offrent le déjeuner, ce qui est super génial de leur part.


Culte du matin à l'église principale de mes parents. La plupart des membres sont des seniors et m'ont vue bébé. Ils me comparent donc allègrement avec ma soeur (qui doit faire avec). // Séance de questions (sponsorisée par Rush Limbaugh). "Est-ce que [le taux élevé de suicides élevé chez les jeunes suédois] ne serait pas dû au fait que l'Etat fait tout pour eux et qu'ils n'ont donc aucune perspective d'avenir?" "Mais pétard, c'est un état-providence, pas la RDA! On est où là? En 1979?"



Mon père, mon cousin, ma tante, son fiancé, Grand-mère! / Le soir, une partie de la famille de ma mère vient prendre du bon temps avec nous autour d'une salade de tacos. Je vois rarement ma famille étendue, et donc je suis très heureuse. / Je ris également de cette manière. // DU POULET! Une valeur sûre. / Mon père: "Claire est complètement carnivore."



***


When I was little, I remember hearing Rush Limbaugh's talk show on the radio in my grandparents' living room. It was like a staple of my family's "home furloughs", along with cream of mushroom soup, watching Nickelodeon on the carpeted floor and reading the Sunday comics. It was the nineties back then, so I'm naive enough to think the tone of the show was different, but maybe it wasn't.
I seriously did hear someone ask that question about the suicide rate among Swedish youth. Going back to the States, I am always thrown by how differently people perceive the world, not just in terms of politics and whether or not Europe is run by commies. Sometimes it's just the way that some find it inconceivable that hundreds of millions of people could live without organized religion and not be profoundly messed up. When you grow up in France, that's completely the norm, of course. I find it hard to remark on that without slightly offending someone.
Also, last year I bought and read a slightly huge comic that is referenced in these pages. Try to guess which one it was.

Quand j'étais petite, je me souviens d'avoir entendu l'émission radio de Rush Limbaugh dans le salon de mes grand-parents. C'était une référence de nos "congés" aux Etats-Unis, au même titre que la soupe à la crème de champignons, regarder les émissions sur Nickelodeon allongée sur la moquette ou encore lire la section BD du journal le dimanche. C'étaient les années 90, donc j'imagine (avec un brin de naïveté) que le ton de l'émission était différent, mais je peux me tromper. Par contre, j'ai vraiment entendu quelqu'un poser cette question au sujet du suicide des jeunes en Suède. En retournant aux Etats-Unis, je suis toujours déstabilisée par la manière dont les gens perçoivent le monde, pas seulement quand il s'agit de politique ou du règne communiste en Europe, mais aussi lorsque certains semblent ne pas vouloir croire que des centaines de milliers d'individus puissent vivre sainement sans religion. Quand on grandit en France, bien sûr, on voit la chose autrement. J'ai juste du mal à faire des remarques dessus, par peur de vexer.
Sinon, l'an dernier j'ai acheté et lu une énorme BD à laquelle je fais référence dans ces pages. Saurez-vous l'identifier?

August 17, 2011

California Diary - 7

D'énormes quantités d'eau de ouf! // "Dois...continuer..." // Nous allons à Yosemite! Pour la première fois depuis 4 ans. Mon père, Patty et moi allons tout en haut des chutes de Vernal Falls en prenant le Mist Trail, qui se trouve juste à côté d'ENORMES CHUTES D'EAU DE MALADE. Un pas de travers et tu pourrais chuter le long d'un énorme escalier gravé (?) dans la pierre et y a l'eau glacée d'une rivière en crue qui te souffle dans la figure et c'est VRAIMENT P*** DE BRUYANT. Quelque chose en moi me disait que je devais le faire - même si je n'avais aucune idée de comment j'allais redescendre par la suite.

HOU PETARD! // En haut de Vernal Falls, il y a un coin super sympa où on peut se poser, avec des geais et tous les autres randonneurs qui ont réussi à grimper tout en haut ou qui passent dans l'autre sens. La vue est magnifique - la chute  également! // Bobo noreille // Bien sûr, le résultat de la montée, c'est de finir complètement trempée. Patty était génial en ce qu'il m'a prêté sa veste Patagonia pour la descente: c'était magique! Plus de vent qui te souffle dans les oreilles. 





SUR LA ROUTE // Un truc complètement évocateur de nos road-trips ensemble à travers l'Europe, c'est d'écouter de la musique dans la voiture qu'on a louée, grâce à l'iPod de mon père. Le truc encore plus génial, c'est quand on chante en même temps. // Je crois qu'il est temps pour moi de tirer un trait sur cette histoire et d'avancer.

"Michael et moi, on allait piquer le caddie de golf du réalisateur parce que ... heu ... c'est marrant ..." / Accent écossais trop craquant! // De retour à la maison, Nowaz et moi matons sans vergogne des clips de James McAvoy (il est tellement sexy que c'en est ridicule). Par la suite nous nous y remettrons souvent.


August 14, 2011

California Diary - 6


Scènes de San Francisco // Une longue descente // Nous parcourons les quartiers de North Beach, Chinatown et le quartier d'affaires, en nous arrêtant à CITY LIGHTS, alias une "institution" de la scène littéraire de San Francisco. Devinez qui y est entré et n'en est jamais ressorti. (Tout le monde.) / "Post-Lesbiennes à suivre", Alison Bechdel (J'ADORE le trait d'Alison Bechdel.) // Tellement de gratuits! Et tellement d'entre eux sont queer! SAN FRAN.


Je sais que tu m'avais dit que tu ne couperais pas les ponts pas juste parce que tu ne partageais pas mes sentiments, donc j'imagine que tu ne trouveras pas ça bizarre si je dis que je pense à toi à des moments aléatoires, dans des endroits comme cette librairie, que je pense que tu kifferais profondément. // Fika* au Caffé Trieste / Papa, Maman, café, moi, (chai latte trop sucré). * Terme suédois, équivalent du "Kaffee und Kuchen" allemand, désignant plus ou moins le goûter.

PEUX FAIRE QUE DALLE. / Après San Francisco, nous récupérons ma soeur à l'aéroport et nous rendons chez ma grand-mère, dans la Vallée centrale. Le contrecoup du voyage en avion et du réajustement finit par m'atteindre de plein fouet le soir suivant et je me réveille le samedi avec un mal de crâne pernicieux. Wouhou! // Je vais à un (vrai) barbec avec mes parents le soir;  Grandma et moi rentrons plus tôt. Le nouveau Death Cab for Cutie s'est montré très thérapeutique ces derniers jours.



L'Eglise du Pacte! Rencontrer des gens que je n'ai pas vues depuis que j'ai 10 ans, papoter autour de café et de gâteaux, aller à l'école du dimanche pour adultes (oui, ça existe) et parler du "terrain de mission" que nous habitons. Ceci est ma vie depuis que je suis née. J'aime être assise à la même table que ma soeur et ponctuer de commentaires habiles la présentation sur Stockholm. // Enthousiasme noté au sujet du DVD de Stockholm dans mon carnet.

"Je parle suédois avec un accent français, ce qui veut dire que les norvégiens me comprennent parfaitement." "HA. Combien de fois tu l'as entendue celle-là?" "Trop de fois." Filles de pasteur, représente !



C'est la canicule dans la vallée de San Joaquin, donc je vais au cinéma chopper "X-Men: Le commencement". C'est là que je deviens une fan catégorique de la relation McAvoy/Fassbender. Par ailleurs, quiconque me demandera un jour en mariage devra obligatoirement reprendre la réplique de Magneto: "Je te veux à mes côtés! Toi et moi, nous sommes des frères." (Peut-être.) Ce qui me rappelle une conversation que j'ai eue avec ma soeur au début de la semaine: "On a décidé qu'on allait épouser des anglais. Ils sont européens..." "...mais ils parlent anglais." / Bon, McAvoy est écossais, mais c'est, heu, assez proche.


VALEURS SÛRES // Glace au cookies'n'cream. // "En ce moment, il n'est plus Papa." Redifs de "Grey's Anatomy", featuring George O'Malley (je n'ai rien vu au-delà de la saison 4, alors shhhh) // Soupe Campbell's à la crème de champignons (mangée direct sans diluer!)



Mon grand-père a grandi dans la Vallée (oh oh), donc ce matin nous avons fait un tour en voiture dans la campagne pour voir les différentes maisons où il a vécu, et nous sommes passés devant des champs de tomates, d'amandiers, d'apricotiers et de riz. // "Vers le début du XXe siècle, des immigrés suédois installés dans le Minnesota ont été appâtés par la promesse de terres fertiles dans la Vallée de  San Joaquin. Une fois arrivés, il s'est avéré qu'il s'agissait en fait d'un immense désert. En dynamitant le sol et en construisant un réseau de canaux, ils ont réussi à transformer ce désert en terrain cultivable, et contribué à faire de la Californie l'une des grandes régions agricoles des Etats-Unis." (Source: ma grand-mère)


***

Much mention is made here of Alison Bechdel, who is one of my all-time favorite cartoonists. I discovered her serialized strip Dykes To Watch For (which is nothing if not a touchstone for queer comics) through the blog of JT Ford, who also puts out comics on lesbian life (most notably  her graphic novel, "Duck!"). My fixation on LGTQ comics started a few years ago when I began delving extensively into music and books by queer artists and writers, spurred on among other things by my own lengthy musings on gender and the new queer studies section at the Bibliothèque Municipale in Lyon. I was reminded of this time last Friday, when I wandered into Berlin's Eisenherz bookstore and was subsequently shut in by the rain.

And if you haven't heard of James McAvoy and Michael Fassbender's bromance (nor the indisputable fact that Professor X and Magneto ain't just brothers, knowhattamean) -- well, here you go


Je fais pas mal mention ici d'Alison Bechdel, qui est une de mes dessinatrices préférées de tous les temps. J'ai découvert sa BD Lesbiennes à suivre (nulle autre qu'une référence en or pour les BD queer) via le blog de JT Ford, créatrice elle aussi de BD centrées sur la communauté lesbienne (en particulier son roman graphique "Duck!"). Ma fixation sur la BD LGBTQ a commencé il y a quelques années, lorsque je me suis mise à plonger dans pas mal de musique et littérature queer, appuyée en partie par mes réflexions personnelles sur l'identité de genre et par la nouvelle section de la Bibliothèque Municipale de Lyon (appelée, pour le meilleur et pour le pire, Le Point G). Je me suis rappelée de cette période vendredi dernier en me rendant à la librairie berlinoise Eisenherz, où j'ai fini par rester une demie-heure à cause de la pluie.

Et si vous n'avez pas encore entendu parler du bromance de James McAvoy et Michael Fassbender, ni du fait que le Professeur X et Magnéto n'étaient absolument pas juste des frères, s'tuvoisçquejveuxdire) -- voilà pour vous.